Pourquoi privilégier les emballages en carton recyclable ?

Citoyen·ne·s en action
9/06/2021

Pourquoi privilégier les emballages en carton recyclable ?

Sur plus de 400 millions de tonnes de plastique produites dans le monde chaque année, 158 millions sont utilisées par le secteur de l'emballage, principalement à usage unique. Durabilité, recyclage, pollution : en choisissant des emballages en carton et en carton recyclé, vous agissez au quotidien sur un ensemble de pratiques vertueuses.

Dès 2021, les plastiques à usage unique (gobelets, couverts, assiettes, pailles, touillettes à café, coton-tige, etc.) seront interdits dans toute l’Union Européenne. Ces déchets représentent 70% de la pollution dans les océans et sur les plages. Ils polluent les cours d’eau et s’introduisent dans les organismes de toute la chaîne alimentaire, à commencer par ceux des poissons et des oiseaux.

Le saviez-vous ? Dans les océans, on compte jusqu’à 600 000 de déchets plastiques par kilomètre carré, sur une superficie totale zones qui fait 110 fois la surface de la Belgique. C’est le «7ème Contient», une immense plaque de déchets composée de gros morceaux de plastique mais surtout d’une constellation de fragments inférieurs à 5 mm.

#1 Il émet peu de gaz à effet de serre

Dans l'industrie du carton, les émissions de dioxyde de carbone (CO²) issues des énergies fossile ont chuté de 42 % depuis 1990. En effet, les cartonnages peuvent être utilisés pour la récupération d’énergie : l’électricité et la chaleur produites par l’incinération de cartonnages servent ainsi à remplacer les sources d'énergie fossile.

Le saviez-vous ? Une enveloppe kraft produit 15 grammes de gaz à effet de serre, contre 129 grammes pour une bouteille en plastique.

#2 Il est bio-dégradable

Le carton est biodégradable, ce qui signifie qu’il doit pouvoir être décomposé par des organismes vivants en moins de 5 mois dans un milieu naturel, et en quelques mois par un compostage domestique ou industriel. Attention, un emballage compostable ou biodégradable ne doit pas être jeté dans la nature, car il ne se dégrade pas de la même manière dans tous les milieux naturels. Et en attendant de se dégrader, il aura un impact négatif sur la biodiversité.

Le saviez-vous ? Un emballage compostable est forcément biodégradable, mais l’inverse n’est pas toujours vrai (charbon de bois, excréments d’animaux, etc.)

#3 Il provient de forêts certifiées

En 2009, la gestion forestière de 86 % des zones boisées en Europe, affermées ou détenues par des entreprises de l'industrie du papier et du carton, a été reconnue par des systèmes de certification forestière indépendants comme le PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Systems) et le FSC (Forest Stewardship Council).

Le saviez-vous ? En poussant, les arbres absorbent du CO², qui sera donc stocké dans les produits à base de fibres comme les cartons. Ainsi, environ 1474 kg de dioxyde de carbone sont stockés dans une tonne de carton plat.

#4 Il est résistant

Pour le transport ou le stockage, on utilise du carton ondulé, soit une ou plusieurs feuilles de papier cannelé, collées entre plusieurs plaques cartonnées comme un sandwich. On mesure sa résistance avec un test de Résistance à la Compression Verticale (RCV). Si elle n’est pas exposée à un taux d'humidité trop fort, si elle est correctement conservée, la matière du carton peut être réutilisée jusqu'à une dizaine de fois.

Le saviez-vous ? Les gobelets en carton ont une fine couche de plastique pour éviter l’humidité. Pour s’en débarrasser, la chromatogénie est une technique qui cherche à greffer de l’acide gras sur la cellulose, qui constitue le carton.

#5 Vos marques l’ont adopté

Avec l’essor du commerce en ligne, le secteur du carton ondulé croît de 10% chaque année. D’ailleurs depuis 2021, les marques Gillette et Vénus utilisent des emballages en carton contenant au moins 50% de matière recyclée, certifiée par le Forest Stewardship Council (FSC).

#6 Il est réutilisable

Déménagement, protection, conservation : vous pouvez utiliser le carton pour entreposer vos affaires, pour transporter un objet fragile ou pour le renvoyer par courrier, par exemple.

Le saviez-vous ? En Europe, plus de 50% de l’énergie utilisée par l’industrie du papier et du carton vient de la combustion des sous-produits du bois.

#7 Il est l’emballage le plus recyclé au monde

Aujourd’hui, près de 80% des emballages en papier-carton usagés sont recyclés, ce qui en fait la méthode la plus recyclée de l’industrie, devant le verre et le plastique.

Le saviez-vous ? Dans l’Union Européenne, 85,8% des emballages en carton et en papier sont maintenant recyclés.

Durabilité, recyclage, pollution : vous connaissez maintenant presque tous les avantages écologiques du carton.

Vous souhaitez plus de solutions concrètes ? Voici d’autres secteurs où vous pouvez avoir un impact facilement !

  • Planète
  • Solidarité
  • Egalité & Inclusion

Tout comprendre au compost

Chaque année, nous produisons des centaines de kilos de déchets qui partent à la poubelles. Mais en favorisant le recyclage de la matière organique, nous pouvons réduire de 20 à 30 % nos déchets ménagers, et diminuer les émissions de gaz à effet de serre liées au traitement de ces déchets.

Le saviez-vous ? Le gaspillage alimentaire dans le monde équivaut à 3, 3 milliards de tonnes de CO₂ rejetées dans l'atmosphère chaque année.

Le saviez-vous ? Pour encourager le compostage collectif, Bruxelles Environnement, l’administration de l’environnement et de l’énergie en région de Bruxelles-capitale, lance une fois par an un appel à projets de compost collectif accompagné d’une aide méthodologique et financière.

Le compost, un phénomène naturel

Du latin « mis ensemble », le compost est un mélange de matières végétales en décomposition. En forêt, une plante retourne à la terre en se décomposant sur place. Ainsi, le sol se régénère grâce aux débris végétaux, devenant humus. C’est ce qui donne cette terre noire et cette odeur particulière que l’on sent dans les bois.

Le saviez-vous ? « Petrichor » est le nom de la bonne odeur produite par le mélange de la terre et de l’humus après le passage de la pluie.

Bac et lombricompostage : deux façons de composter

  • Au jardin avec un bac à compost. Ce sont de grands bacs aérés pour garantir un bon taux d’humidité. En effet, la transformation naturelle s'opérera en présence d’eau et d'oxygène par le biais de micro-organismes tels que des champignons et des bactéries. Mais aussi de plus gros organismes tels que des vers, des insectes ou des acariens.

 Le saviez-vous ? Si la superficie de votre jardin le permet, vous pouvez simplement faire un tas de compost à l’air libre à retourner à la fourche régulièrement.

  • En appartement ou sur son balcon avec le lombricompostage. Cela consiste à composter ses déchets dans une boîte grâce à des vers de terre. Les vers se nourrissent de vos déchets et les transforment en humus.Le saviez-vous ? Une boite de lombricompostage coûte environ 100€, mais vous pouvez également opter pour une solution à faire soi-même.

Les étapes du compostage

#1 Installation

Pour le lombricompostage, placez une feuille de carton dans le fond du plateau pour éviter que les vers ne passent dans le bac collecteur de jus. Le carton laissera passer le jus et sera décomposé en quelques semaines. Pour le lombricompostage, on démarre généralement avec 250 g de vers minimum, soit environ 500 vers ou une bonne poignée.

Le saviez-vous ? Les vers ont besoin d’un endroit calme, non exposé au soleil, relativement aéré, entre 15 et 25 °C.

#2 Composition

L’idéal est de suivre un mélange de 40 % de déchets verts - des déchets humides comme les épluchures de légumes - et de 60 % de déchets bruns - des déchets secs comme les feuilles mortes, petites branches ou papier-carton. En effet, si on ne met que des déchets de cuisine, on risque d’avoir un compost trop humide, et donc beaucoup de moucherons. Point important : plus vos déchets seront petits (-5cm), mieux les vers les décomposeront.

Le saviez-vous ? Reste de viande et de poisson, pain, produits laitiers, sauces, huiles, sable, magazines, mégots, couches, tissus synthétiques, verre, produits chimique : il existe de nombreux produits non compostables.

#3 Progression

Au lombricomposteur, augmentez la dose de déchets progressivement à partir d’une semaine, toujours coupés finement et en petites quantités. Une trop grande quantité de déchets par rapport à la quantité de vers leur serait néfaste, car les déchets ne seraient pas décomposés correctement et fermenteraient.

Le saviez-vous ? Les vers mangent en moyenne la moitié de leur poids chaque jour, mais pas les déchets fraîchement ajoutés qui doivent d’abord être pré-décomposés par les bactéries et les micro-organismes.

#4 Entretien

Dans un bac, un bon compost doit être mélangé régulièrement, idéalement une fois par semaine. Ainsi, vous le faites respirer et vous mélangez les matières en fermentation avec d’autres, plus fraîches. Veillez toujours à bien conserver l’équilibre entre déchets humides (40%) et déchets secs (60%).

Le saviez-vous ? Durant l’hiver, un brassage régulier du compost activera le tas au dégel.

#5 Récolte

Dans un bac au jardin, comptez de 8 à 12 mois pour un compostage. Quant au lombricompostage, comptez environ 3 mois. Quand le compost est lisse et homogène, bien noir et qu’il sent bon comme du terreau, il est prêt !

Le saviez-vous ? Il est recommandé de prévoir la récolte du compost quand vous en avez besoin, en général à l’automne et au printemps.

#6 Utilisation

Au jardin, le compost est un engrais naturel et non polluant, un bon équilibre de macro-éléments et d’oligo-éléments qui contribuent à la croissance des plantes et des fleurs.

  • Un compost jeune (6 mois environ) encore brun et grossier s’utilise en surface et en couche épaisse : en automne ou en hiver pour recouvrir le potager ou les plates-bandes dénudées, ou au printemps autour des plantes vivaces déjà bien développées, des arbustes ou des arbres en évitant que le compost touche le collet des plantes.
  • Le compost mûr (9-12 mois environ) qui sent bon et de couleur noire peut être utilisé pour vos plantations d’intérieur et d’extérieur (plantes ornementales, vivaces, semis potagers, gazon, arbres et arbustes...). Attention ne l’utilisez pas tel quel, mélangez-le à de la terre du jardin.

Le saviez-vous ? Le lombricompostage génère du “lombrithé” dans le bac du bas. Le lombrithé s’utilise comme fertilisant pour les plantes en pot. Attention, il faut le diluer à environ 10% pour ne pas abîmer les plantes.

Transports, traitement des déchets, gaspillage alimentaire : en transformant vos déchets alimentaires en compost, vous avez un impact sur plusieurs sources de pollution, tout en fournissant un engrais d’excellente qualité à votre terre et à vos plantes.

Vous souhaitez plus de solutions concrètes ? Voici d’autres actions citoyennes pour réduire votre empreinte carbone facilement !

  • Planète
  • Solidarité
  • Egalité & Inclusion