Bienvenue dans le plus grand laboratoire Gillette du monde

Bienvenue dans le plus grand laboratoire Gillette du monde

Dehors, le soleil darde ses rayons généreux sur les toits du petit village de Reading, dans le sud de l'Angleterre. Mais dans la conciergerie du Gillette Reading Innovation Centre, on doit se contenter d'un pâle néon bourdonnant.


"Avez-vous un appareil photo, monsieur ?", me demande l'agent de sécurité avec un ton empreint de routine. "Parce que vous ne pouvez pas l'emporter à l'intérieur. C'est la règle, monsieur. Et vous devez aussi me laisser votre GSM. Vous comprenez, il n'est pas question que vous repartiez d'ici avec des informations obtenues sans autorisation."
Pour appuyer ses dires, l'homme adresse un clin d'œil à un tableau couvert de pictogrammes évoquant clairement l'interdiction de tout matériel audiovisuel dans les lieux. "Il manque juste la mémoire photographique. Mais ça aussi, c'est interdit", précise le portier tout en glissant mon téléphone portable dans une housse. Ensuite, il m'ouvre une lourde porte de sécurité.
"Bienvenue dans le plus grand laboratoire Gillette du monde. C'est un paradis pour tous ceux qui aiment les technologies cutting edge", lance-t-il en appuyant légèrement le ton cérémonial. Un sourire s'affiche malgré moi sur mon visage. Je vois qu'ici, le jeu de mot aiguisé est le bienvenu. Cela augure d'une visite qui sera tout, sauf rasoir…

Un voyage dans le temps

Si vous pensez que le rasoir jetable Gillette n'a quasiment pas changé depuis sa création en 1901, vous avez tout faux ! Dans les murs de ce complexe Art Déco du sud de l'Angleterre, une armée de 130 scientifiques œuvre depuis plus de 50 ans pour concevoir le rasoir ultime. Et parmi eux, je rencontre Kristina Vanoosthuyze, originaire de Flandre.

Un cas unique

Kristina Vanoosthuyze a étudié les sciences pharmaceutiques à l'université de Gand. En 2006, elle a intégré la Gillette Shaving Technology-team. Chaque jour, elle analyse une montagne de résultats d'analyses dans le but avoué de repousser les limites du rasoir actuel. Mais aujourd'hui, sa tête est ailleurs. Elle va accompagner un groupe de journalistes triés sur le volet dans son lieu de travail hautement sécurisé. Et c'est probablement un cas unique dans l'histoire de Gillette. "Auparavant, les journalistes étaient tenus à l'écart du laboratoire", m'explique-t-elle. "Le secteur étant particulièrement compétitif, aucune information ne pouvait atteindre le monde extérieur. Mais pour le lancement du nouveau Gillette Fusion ProGlide, la direction a décidé de faire une exception. Et cela me réjouit, car la plupart des consommateurs ignorent l'importance de la recherche scientifique dans le développement d'un nouveau rasoir. Mais quand on se promène dans les couloirs du laboratoire, et qu'on voit le niveau de sécurité dans lequel travaillent nos chercheurs, on comprend tout de suite pourquoi certaines pièces de Fusion ProGlide sont le fruit de près de huit ans de recherche intensive."

A cup of tea?

Ma guide me fait alors entrer dans une salle agréable où nous attend son collègue Nigel Kermode. C'est lui qui, avec Kristina, me dira tout sur le laboratoire Gillette et le développement du nouveau Fusion ProGlide. Mais d'abord, une tasse de thé. N'oublions pas que nous sommes en Angleterre. "Avec ou sans lait ?", me demande Nigel Kermode tout en versant une larme de crème d'un geste élégant. Je reste dans une immobilité contemplative tandis que la crème et le thé se mêlent en un ballet quasi vaporeux. Mais baste ! L'heure n'est pas à la rêverie. Après tout, je suis là pour parler de technologie de pointe, non ?

Même les raseurs sont les bienvenus !

Nigel Kermode : Pour beaucoup d'hommes, le rasage est un moment important. Un moment au cours duquel on se recentre sur soi-même, on élabore le planning de la journée, on laisse vagabonder ses pensées. Quand nous développons un nouveau rasoir, outre les performances techniques, nous faisons aussi particulièrement attention à la facilité d'emploi. On a beau avoir un rasoir révolutionnaire, si l'utilisateur n'aime pas l'utiliser, ce rasoir ne vaut rien !
Mais, depuis toutes ces années, vous devez savoir à quoi vous en tenir, non ?
Nigel Kermode : Dans l'ensemble, oui. Mais nous sommes conscient que certaines évidences sont sujettes à des bouleversements. Alors, pour rester à la page, nous communiquons constamment avec notre groupe cible. Et pour cela, nous invitons chaque jour 80 "raseurs" à tester nos produits dans notre laboratoire.
Pardon ?
Nigel Kermode : (rit) Oui, vous avez bien entendu. Chaque matin, une petite cohorte d'hommes passe dans nos cabines de rasage situées dans les caves de ce bâtiment. Ces cabines sont équipées d'ordinateurs, de caméras et de capteurs de pression pour tâcher d'identifier et de recenser les techniques de rasage les plus répandues. Parce qu'il n'y a pas deux hommes qui se rasent de la même façon. L'un fait très attention à son menton, l'autre appuie plus fort sur sa lame, un troisième la fait glisser rapidement sur la peau, etc. Cela paraît dérisoire, mais c'est une source d'information précieuse qui peut vraiment nous aider à développer un rasoir universel et efficace.

Registration

Devenez membre d’Envie de plus et profitez d’offres exclusives !

Devenez membre

Tout le monde a son mot à dire

Que faites-vous de toutes ces informations ? Kristina Vanhoosthuyze : Nous présentons tous les faits de notre laboratoire de rasage à notre équipe scientifique. Celle-ci se compose non seulement d'ingénieurs et de techniciens, mais aussi d'experts dans des disciplines moins évidentes, comme la zoologie. On a même eu un spécialiste de la technologie spatiale ! En réunissant leurs opinions et expériences, nous parvenons à des idées qui non seulement changent la donne en matière de technologie, mais tiennent aussi compte de la dimension humaine, la plus importante à nos yeux. Après tout, il est inutile qu'un spécialiste des fusées fasse une lame encore plus aiguisée si c'est pour que le dermatologue lui dise que sa lame va abîmer la peau.
Si je comprends bien, chez vous, le consommateur a son mot à dire ?
Nigel Kermode : C'est exact. Nous considérons nos testeurs comme de précieux conseillers. Ils sont impliqués dès les premiers développements jusqu'au résultat final, ce qu'ils apprécient énormément. Ils participent même activement à la résolution des problèmes. Un testeur trouve que la lame n'est pas confortable ? Ou il ne parvient pas à obtenir un résultat parfaitement lisse avec sa technique habituelle de rasage ? Il va le signaler à l'un de nos scientifiques. Quelques jours plus tard, nous lui proposons un nouveau prototype qui tient compte de ses remarques. C'est fantastique, non ?
C'est ce qui s'appelle séduire son groupe cible…
Kristina Vanhoosthuyze : Oui, en effet. Et c'est d'autant plus vrai que nous ne pouvons pas décevoir ces personnes qui choisissent Gillette depuis tant d'années. D'ailleurs, ça n'arrivera pas. Dans le centre de test, tout le monde se donne à fond pour mettre au point des nouveautés. Et notre équipe met un point d'honneur à ne proposer que des produits dont elle est sûre à 100 %.

Fini les coupures

Qu'est-ce qui est si difficile dans la conception d'un rasoir ? Nigel Kermode : La recherche a démontré que chaque homme a une peau différente. L'implantation et le comportement des poils de barbe sont aussi uniques que les empreintes digitales. Il n'est pas donc évident de créer un rasoir universel.
Kristina Vanhoosthuyze : Créer un rasoir que chacun peut utiliser sans mode d'emploi représente aussi un sacré défi. Quand on sait qu'une simple lame Gillette est beaucoup plus aiguisée qu'un scalpel, on comprend pourquoi la sécurité de nos produits est l'un de nos plus grands soucis. Mais à chaque fois, nous parvenons à un résultat parfaitement lisse, sans coupures.

Aussi lisse que les fesses d'un nouveau-né

Gillette Fusion ProGlide dispose de 5 lames, d'un ???, d'un stabilisateur de lame et d'un micro-peigne qui place les poils dans la bonne position de rasage. Est-ce qu'on peut encore améliorer quelque chose ?
Kristina Vanhoosthuyze: Bien sûr ! Tant que nous aurons du temps et des moyens, nous continuerons, car notre objectif est l'expérience de rasage ultime. Pour bien travailler une idée, il faut avoir du temps. Certaines pièces présentes maintenant dans Fusion ProGlide font l'objet de recherches depuis les années soixante. Et le système de rasage à 5 lames a été imaginé dès les années trente. Mais jusqu'à présent, on n'avait pas encore trouvé la bonne méthode pour une application pratique.
Kermode: (fait glisser sa main sur ses joues) Si on peut améliorer nos rasoirs ? On peut voir cela comme ça : lorsque je me suis rasé avec Gillette Fusion ProGlide, mon menton est lisse comme la peau d'un bébé. C'est très bien. Mais ce n'est pas encore assez doux pour moi. Je continuerai jusqu'à ce qu'on crée le rasoir qui me fait la peau du visage aussi lisse que celle des fesses d'un nouveau-né. Ha ! Ha ! ha !Tenez-moi au courant !

Lire plus en rasage et le Gillette Fusion ProGlide :

Du poil au rasoir
Le rasage pour les débutants
Fusion ProGlide : de quoi s'agit-il ?
5 choses que vous ignoriez sur le... Rasage !

Veuillez confirmer vos informations personnelles.

Veuillez compléter les informations ci-dessous afin de finaliser votre demande.

Cheveux
Swiffer au bureau

Swiffer au bureau

"

J'ai proposé à mes collègues d'essayer le Plumeau Swiffer sur leur bureau. Après essai, quel enthousiasme ! Elles le trouvent pratique, rapide et surtout efficace ! Elles ont proposé d'en garder un pour passer régulièrement sur leurs meubles.

"

De Ambassadeur
Valérie726545

Très séduite par le Balai Swiffer

Très séduite par le Balai Swiffer

"

Le Balai Swiffer est léger et s'accroche bien au sol [...]. Il me suit partout ! Pour mes escaliers, il est parfait, plus rapide et moins encombrant que l'aspirateur. Il est plus efficace que le Balai classique ! J'aime les produits Swiffer.

"

De Ambassadeur
Doris